Du 16 au 25 Juillet

La route 17

La route 17 longe la côte sur 670km au sud de Bodo. Elle s'appelle "Kystriksveien" ce qui signifie : "la route côtière". Elle est classée route touristique nationale et il nous a été vivement conseillé de la parcourir pour ses paysages mais on a beaucoup hésité. En effet elle est assez chere (il y a minimum 6 bacs à prendre) et vu le mauvais temps qu'on avait, on avait peur de ne pas profiter des paysages...
Après une longue délibération, on décide de la prendre malgré tout.

Au Nord, nous avons commencé par aller voir le maelström de Saltstraumen, le plus grand maelström du monde. En fait, un fjord se vide dans un autre. C'est beau car ça fait des tourbillons et ça attire pas mal d'oiseaux. Toto a trouvé impressionant...
Juste après le pont depuis lequel on observe ces tourbillons, on a dû payer notre premier "Autopass". En Norvège certaines routes sont payantes, mais il n'y a pas de péage. Il n'y a qu'un portique qui porte des caméras. Le prix dépend de la taille du véhicule et de l'heure à laquelle on empreinte la route. Pour payer (en général ça coûte 40nok (5€50)), il faut :

Nous avons pris la route 17 à son extrémité Nord, mais après 180km de routes de montagne et de tunnels (que Laura adore), on arrive au premier ferry et on nous conseille vivement de faire demi-tour car le bateau suivant est en panne !! Donc un détour d'environ 400km !! C'était soit ça, soit au moins 12 heures d'attente...
Nous avons donc fait demi-tour, contraints et forcés. Un peu ronchonchons ;) Le paysage a été le même qu'à l'aller car le temps était le même : pluie ! Nous sommes passés juste à côté d'un glacier qui tombe jusque dans un fjord mais n'avons rien vu...
Et finalement on a eu de la chance : on a vu un pygargue à queue blanche (aigle de mer) juste au bord de la route, puis deux gros vieux élans (un mâle et une femelle) puis trois jeunes élans ! Pas de regrets donc.

Le lendemain, on passe le cercle polaire puis on aperçoit des grues demoiselles (on n'en a pas revu depuis le sud de le Finlande) ! Le surlendemain, on voit un chevreuil et un lapin, le jour suivant un vieil élan et deux chevreuils, ibis, renard, etc. Le 23 Juillet on voit une hirondelle ! On s'étonne aussi à la vue d'un champs de blé et lorsqu'on trouve trois fraises de bois, mûres qui plus est !! Bref, en passant le cercle polaire on quitte le climat hostile... mais on n'a pas dépassé les 13°C au plus chaud sur la route 17...
Après deux jours de détour, on retrouve la route 17 le 19 Juillet. On prend le ferry pour Vega car quelques heures de soleil sont annoncées !!

Vega

Vega est une petite île classée patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO, pour le mode de vie durable de ses pêcheurs-fermiers. On y va surtout pour découvrir ses paysages (splendides, surtout avec un peu de soleil !) et pour découvrir la tradition du duvet de canards (les Eiders).
Plutôt que de tuer les canetons et les plumer (c'est comme ça que Toto s'était imaginé les choses), les habitants de Vega vivent en symbiose avec les Eiders. Ils leurs préparent des endroits pour nicher (à l'abri, sous d'anciennes barques) et les protègent des prédateurs. Ils mangent une partie des oeufs des canards, et les remplacent par de faux oeufs pour que les cannes continuent de couver. Quand la petite famille quitte le nid, les habitantes vont récupérer le duvet. Ensuite il faut le nettoyer. Tout ça est réservé aux femmes !
Une semaine de travail et 70 nids permettent de préparer un kilo de duvet, ce qui serait suffisant pour une couette.
Les premiers édredons (le nom vient des Eiders) ont été fabriqués comme ça. Aujourd'hui une paire de gants en duvet de Vega coûte 200 euros... Autant vous dire qu'on n'a pas acheté de couette !
On a découvert tout ceci dans un petit musée. Tous les musées sont petits en Norvège, mais celui-ci est vraiment petit !
Mis à part le musée, il y a aussi une boulangerie à Vega ! Une première depuis des milliers de kilomètres. On y est aller manger de la soupe au saumon (servie avec du pain et du beurre) et on a acheté des sortes de galettes bretonnes cuisinées à base de pommes-de-terre ! Je trouve que ça ne vaut pas une bonne galette au froment... Question d'habitude peut-être.

De Vega à Trondheim

En quittant Vega, on rencontre un Rouennais qui vient régulièrement en Norvège depuis 23 ans et nous dit qu'on n'est vraiment pas chanceux pour le temps (on avait deviné) car il n'a jamais eu aussi mauvais temps ici.
On passe une nuit par semaine au camping car il faut bien prendre de vraies douches et faire des lessives. Les campings coûtent toujours environ 30-35 euros. Nous sommes allés à celui de Stiklestad, lieu de pèlerinage en mémoire du premier roi chrétien Saint Olav. Rien à signaler sauf un monsieur qui chante des chants religieux au milieu de la nuit... Et que pour la première fois il fait nuit (à 1h30) !
On voit aussi notre première route à deux fois deux voies ! Juste avant d'arriver à Trondheim, on découvre avec stupéfaction des champs de patates, fraises, blé, choux, carottes, oignons et salades !
On va donc de stupéfactions en stupéfactions ;)

Trondheim

Trondheim est la troisième ville du pays mais reste une petite ville (175 000 habitants). On a eu la chance de la visiter sous le soleil et la chaleur. Une chaleur modérée bien sûr : on a du avoir 17°C au meilleur de la journée, mais sans vent. On a même pu bronzer un peu des bras et des jambes !
La vieille ville et les bords de fjords sont superbes : maisons en bois de toutes les couleurs. Nous sommes montés sur les hauteurs, dans un fort (Kristiansten) pour admirer la vue d'en haut. Même en semaine, c'est une ville vivante. Atmosphère sympa. On a vraiment beaucoup aimé cette ville.
Le midi nous avons mangé norvégien (soupe de poissons et bacalao :) et le soir nous avons resisté : pas de japonais. Il faut dire qu'on a fait les comptes la veille...
Nous avons aussi restreint les visites payantes à la cathédrale et au musée Ringve.

La cathédrale de Nigaros est impressionnante. Elle ressemble un peu à Notre Dame de Paris de l'extérieur (sculptures, rosasse).
La visite est payante (60nok/personne, 8€) et le ticket donne droit à une visite guidée. Cette visite devait se faire en anglais mais comme nous n'étions que Toto et moi, le guide nous l'a faite en français ! L'intérieur est sobre et ressemble beaucoup à une église catholique bien qu'elle soit protestante. La visite a été d'autant plus intéressante que nous pouvions poser toutes les questions que nous voulions ! Même Toto a aimé visiter cette église !

Pour visiter Trondheim, nous nous sommes garés à Lade, en banlieue sur un parking gratuit et on a pris le bus pour aller en ville (lignes 3 et 4, 80nok/pers/AR). C'est aussi le prix des péages "autopass" pour traverser la ville en voiture ! Ce parking se trouve juste à côté du musée de la musique, Ringve. Ce musée coûte très cher mais sa visite est hautement recommandée par les guides (du routard et Lonely Planet). On a payé 180nok (25€ pour deux). Il n'y a pas d'entrée libre, la visite est forcément guidée. Là encore, elle devait être faite en anglais, mais on a eu droit a une visite en français, ou plutôt en québécois !
Le musée est petit mais très bien, il est plein d'instruments anciens. Le guide joue de certains des instrumenst exposés et la visite est intéressante. C'est surtout conseillé aux passionnés de musique. On n'a pas tout suivi (entre les connaissances qui nous manquaient et l'accent québécois)...

Quelques photos

01 Maelstrom 002.jpg 02 Pygargue 002.jpg 03 Elans 017.jpg 04 Elans 024.jpg 05 Route de Foroy 004.jpg 06 Cercle Polaire 002.jpg 07 Vega 022.jpg 08 Vega 040.jpg 09 Coucher de soleil 038.jpg 10 Trondheim 018.jpg 11 Trondheim 030.jpg 12 Trondheim 037.jpg 13 Trondheim 047.jpg 14 Trondheim 059.jpg 15 Trondheim 061.jpg 16 Trondheim 069.jpg
La Norvège des Fjords - Suivant
Précédent - Les îles Lofoten et Versteralen
Sommaire